Obtenir un crédit immobilier : Les conditions des banques se durcissent !

By 6 novembre 2019Non classé
Obtenir un crédit immobilier : les banques se durcissent dans leur condition d'accès pour octroyer des crédits aux emprunteurs.

Malgré une période propice aux emprunts grâce aux taux d’intérêts particulièrement bas, l’accès au crédit immobilier pour les Français souhaitant devenir propriétaires devient difficile. En effet, les banques semblent avoir décidé de durcir l’accès au crédit immobilier… Beaucoup de Français rêvent aujourd’hui de devenir propriétaires de leurs logements. Malheureusement ce rêve devient parfois inaccessible pour une partie de la population en raison d’établissements bancaires devenus plus sélectifs qu’auparavant.

Une récente étude, réalisée par un réseau de courtiers, révèle que les banques semblent avoir pris le parti de durcir les conditions d’accès au crédit immobilier, et cela malgré des taux d’intérêt très bas qui séduisent un grand nombre d’acheteurs potentiels. Cette enquête révèle que la quasi-totalité des courtiers du réseau étudié estiment que les banques sont entrées dans cette phase de durcissement des conditions d’accès aux crédits immobiliers en comparaison avec l’année précédente où seul un peu plus de la moitié des courtiers avaient cet opinion sur le sujet.

Les courtiers constatent que les établissements bancaires accordent aisément des taux records bas en fonction du profil emprunteur afin d’attirer des emprunteurs de choix. Cependant les établissements bancaires sont bien plus prudents et plus restrictifs lorsqu’il s’agit de délivrer ces bons taux à des profils moins avantageux.

Dans un contexte de taux durablement bas, la machine à crédit tourne à plein régime. En effet, mois après mois, les records tombent dans l’immobilier. Selon les données de la Banque de France, base de référence en termes de chiffres, les taux d’intérêt moyens ont atteint un nouveau point bas historique à 1,27 %, pour les prêts à l’habitat. A titre comparatif, il y a un an, les taux évoluaient encore à un peu plus de 1,5 %. De ce fait, il existe une concurrence féroce entre les banques et compte-tenu de celle-ci, une conséquence directe a été observée : la baisse des taux s’accompagne désormais de durées des crédits accordés particulièrement élevées. De plus, les établissements bancaires créent un écart d’accès au crédit immobilier selon le profil emprunteur afin de se garantir une rentabilité.

Dorénavant, le profil emprunteur est examiné à la loupe…Certains ont des difficultés à obtenir un accord de financement par manque d’apport notamment, et d’autres parviennent à négocier encore des taux record grâce à un bon niveau d’épargne et de revenus. L’apport a désormais beaucoup plus d’importance et donc d’impact dans l’obtention d’un crédit immobilier. Les établissements bancaires durcissent bien plus le ton sur ce point, plutôt que sur l’épargne résiduelle ou les revenus obtenus.

Force est de constater alors que les familles les plus modestes vont devoir faire face à quelques difficultés pour obtenir un crédit immobilier à un taux record, car obtenir un apport important n’est pas chose aisée de nos jours. Ce point durcit davantage les conditions d’accès et il semble que certains foyers Français risquent d’en pâtir. Près de la moitié des courtiers du réseau étudié jugent aujourd’hui qu’ils ont une marge de négociation plus faible que par le passé. Il ne restera plus qu’à savoir si cette tendance n’est que passagère ou si elle se pérennisera au travers des années sachant que les banques font faces à de plus en plus de demandes de crédits accompagnées de marges de plus en plus réduites, ce qui les oblige indirectement à être plus sélectives dans un tel milieu concurrentiel.

Étant donné que de très nombreuses banques ont d’ores et déjà atteint, pour cette année, leur objectif annuel de production de crédits, le compteur sera-t-il remis à zéro pour 2020 ? En effet, l’atteinte de cet objectif peut peut-être expliquer la complexité retrouvée dans le marché du crédit actuel qui est en partie associé à des délais de traitement plus long et des banques plus sélectives. Cela dit ces deux phénomènes ne devraient pas durer dans la mesure où les banques vont bientôt remettre les compteurs à zéro et accorder des crédits qui seront comptabilisés dans leur « production 2020 ». C’est donc tout ce que l’on peut souhaiter à l’avenir aux nouveaux acquéreurs …

Pin It on Pinterest